Recruteur et candidats

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Conseils personnalisés

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 15 octobre 2009

Mon conseil à Pascale, expliquer le pourquoi de son licenciement à un Recruteur

Chère Pascale,

En recherche d’emploi, vous vous posez de nombreuses questions au regard de votre situation :

« Faut-il répondre honnêtement aux questions de recruteurs concernant le pourquoi d'un licenciement ? Et faut-il, toujours dans l'esprit de transparence, répondre oui à la question: avez-vous mis la société concernée au prud'homme ?
Licenciée abusivement, j'intente effectivement un procès; mais les chasseurs de têtes qui me contactent ne donnent plus suite dès lors que j'ai répondu loyalement. Est-il mieux vu de répondre par: permettez-moi de ne pas répondre à cette question ? ou de répondre quoi d'ailleurs ? »

Être transparent lors d’un entretien de recrutement est primordial pour trouver un job à la hauteur de vos ambitions. En effet, mentir, omettre, surévaluer ou embellir vos expériences peuvent amener le Recruteur à se mystifier sur vos compétences. Une erreur qui peut avoir de graves conséquences sur votre parcours professionnel… Une fonction que vous ne maîtrisez pas, un hiérarchique et des collègues qui ne vous reconnaissent pas dans vos responsabilités. Rebondir devient alors difficile et la situation vous entraîne dans un cycle de souffrance dont l’issue est bien souvent un échec sur le plan professionnel.

A votre première question :

« Faut-il répondre honnêtement aux questions de recruteurs concernant le pourquoi d'un licenciement ? »

Ma réponse est oui, absolument oui ! Soyez transparente et présentez-vous tel que vous êtes afin de trouver l’entreprise et le poste qui correspond le plus à vos appétences et compétences ! Expliquez la situation, l’environnement culturel et managérial qui a amené à ce licenciement, c’est la meilleure solution pour trouver un cadre professionnel propice à votre épanouissement et à votre réussite. L’objectif étant de ne pas vous tromper dans votre choix d’entreprise et de poste pour ne pas revivre cette situation.
Afin d’expliquer au mieux « le pourquoi de ce licenciement » et d’obtenir gain de cause auprès du Recruteur, je vous conseille d’opter pour la stratégie du « … à charge et à décharge … ». Tout en mettant en exerce que ce licenciement est un échec pour vous et l’entreprise, développez lors de l’entretien ce qui est à votre charge et ce qui est à votre décharge dans cette situation. En effet, un licenciement (même s’il est abusif) n’est jamais le fait d’une seule et unique partie (dans l’esprit du Recruteur), votre objectif : paraître la plus impartiale possible auprès du Recruteur, et, cette tactique du « … à charge et à décharge … » me paraît la plus adéquate pour le convaincre.

pourqoui.jpg
A votre deuxième question :

« Et faut-il, toujours dans l'esprit de transparence, répondre oui à la question : avez-vous mis la société concernée au prud'homme ? »

Une fois la situation éclairée par la stratégie du « … à charge et à décharge … », la réponse à apporter au Recruteur me semble couler de source… Comme dans tout conflit, il vous faut un arbitre (dans votre explication, employez ce terme, il me semble plus approprié que celui de juge) dont le rôle sera de trancher entre vos responsabilités et celles de l’entreprise. Vous avez donc fait appel au conseil des prud‘homme pour obtenir la vérité sur les causes de votre licenciement. N’employez pas le terme de « licenciement abusif » auprès du Recruteur, car tant que l’affaire n’est pas jugée vous ne pouvez pas conclure sur les causes de votre licenciement, dans ce genre d'histoire il est impératif de paraître le plus objectif. Laissez d’ailleurs la porte ouverte au Recruteur sur cette conclusion… Bien souvent lui même professionnel des RH et en maîtrise du Droit Social, il se fera sa propre idée sur ces conditions, notamment si la partie « à décharge » est largement en votre faveur.

parceque.jpg
A votre troisième question :

''« Est-il mieux vu de répondre par: "permettez-moi de ne pas répondre à cette question"? ou de répondre quoi d'ailleurs? »''

Ne pas répondre aux questions d’un Recruteur (hormis celles qui ne sont pas en lien direct avec votre environnement professionnel) n’est pas la meilleure des solutions… Cela dénote d’un manque d’ouverture et de transparence, le doute s’installe et celui-ci ne profite jamais au candidat ! La meilleure des attitudes est celle de la sincérité… Pour réussir tout contact avec un recruteur, je vous conseille de ne pas compliquer la situation de l’entretien qui n’est déjà pas aisée et de choisir la voie de la facilité c’est à dire celle de la vérité et de la franchise.

Dans l'attente de vos réactions pour échanger avec vous sur ce thème.

vendredi 28 août 2009

Mon conseil à Jérôme : élargir son champ des possibles pour réaliser son projet professionnel

Cher Jérôme,

Jeune diplômé en informatique (DUT) avec une première expérience en SSII à Genève, vous souhaitez aujourd’hui restreindre votre mobilité à votre région d’origine l’Alsace… Une région magnifique, riche de par son patrimoine, sa culture, ses paysages, ses habitants, son vignoble et son excellente cuisine... Quelle chance de pouvoir y vivre et s’y épanouir ! Néanmoins, celle-ci vous offre peu d’offres en correspondance avec vos ambitions… Une question cruciale se pose alors pour vous :

« ... choisir de déménager vers des zones à emplois en France, voir revenir à Genève qui possède un très fort potentiel d'emploi ? … "me sacrifier" et déménager dans un endroit qui ne me plait pas ! Uniquement pour trouver un emploi ?… »

demenagements-1.bmp


A votre question, ma réponse de recruteur à candidat est simple : votre mobilité géographique est un élément important de votre réussite professionnelle… S’ouvrir à un maximum de possibilités et opportunités vous permettra de réaliser votre projet professionnel. Plus vous « fermez de portes » et de potentialités, moins vous donnez de chance à vos projets … Vous êtes jeune ! Profitez-en pour découvrir le monde ! De nouvelles régions, d’autres cultures, confrontez-vous à l’inconnu… Vous aurez tout le temps de revenir en Alsace pour vous y installer et en profiter !
Par ailleurs, si vous limitez vos recherches d’emploi à la France, l’Alsace s’est largement rapprochée des autres régions avec la Ligne à Grande Vitesse Est.

Vous utilisez un terme très fort qui est celui du sacrifice et d’un « endroit qui me plaît pas », mais avant de faire votre religion sur une région ou un endroit, donnez-vous le temps de le découvrir et de juger sur place… L’employabilité des Français pâtit bien trop de la non mobilité de nos actifs, ce qui réduit la flexibilité de notre marché du travail et ne permet pas de répondre efficacement aux tensions que ce marché subi. Faites de votre mobilité géographique un véritable atout face à un marché de l’emploi tendu et concurrentiel… D’ailleurs, c’est tout au long de sa carrière qu’il faut jouer de cet atout pour se donner les moyens de ses ambitions.

Par ailleurs, vous avez un projet professionnel et souhaitez devenir Recruteur Junior dans l’univers IT (Information & Technology), mais vous vous posez des questions sur l’adéquation avec votre profil et les prérequis à ce métier :

« Pensez-vous que mon profil puisse être suffisamment aigu et alléchant pour obtenir une place de recruteur junior ? »

Il n’y a pas de profil type pour faire du recrutement, comme d’ailleurs pour de nombreux métiers… Tout est une question de motivations, de personnalité et de comportements, des éléments qui feront malgré le diplôme la différence. Néanmoins, à talents égaux vous serez en concurrence avec des profils plus solides en terme d’études supérieures (un DUT est un peu court pour ce type de métier), vous risquez donc de passer à côté d’opportunités intéressantes… A moins de reprendre vos études, ce que vous ne souhaitez pas faire… Tentez alors de vous diriger sur des agences intérim en local spécialisées en IT (Information & Technology) en recherche de junior et qui se donnent le temps de former sur ce métier… Néanmoins vous vous fermez beaucoup de portes et donnez peu de chances à votre projet : peu de mobilité géographique, non volontaire pour reprendre des études et très orienté sur le IT. Votre manque d’ouverture vers tous les possibles peut vous freiner dans la réalisation de votre projet.

Espérant avoir pu vous aider dans vos réflexions et la définition de votre projet professionnel.

lundi 6 juillet 2009

Mon conseil à Mathilde, mettre en avant chiffres et résultats dans son CV

Chère Mathilde,

En recherche d’emploi depuis quelques temps vous vous interrogez sur la qualité de votre CV et de son impact auprès des recruteurs… Après avoir subi quelques échecs, vous avez décidé de revoir la première version de votre CV… Après un premier travail de synthèse, vous aboutissez à une deuxième version plus allégée de votre CV. Néanmoins, vous êtes peu satisfaite du résultat et doutez de son efficacité.

cv.bmp

Je vous propose cette troisième version qui s’inscrit dans une dynamique plus en lien avec votre métier d’Acheteur : les chiffres et résultats étant mis plus en valeur. Merci de compléter les parties en rouge pour donner encore plus d’informations au Recruteur.
En effet, il est important de renseigner le Recruteur sur la dimension des entreprises dans lesquelles vous avez exercé vos fonctions. Nous ne développons les mêmes aptitudes et compétences dans des PME que dans des grands Groupes. Il est important pour le recrutement de pouvoir jauger de votre profil par le truchement de ces informations.

Dans l’attente de vos réactions et commentaires à cette nouvelle version de votre CV.

mardi 23 juin 2009

Mon conseil à Eric, mesurer son employabilité face à un marché du travail tendu.

Cher Eric,

Consultant en ingénierie du Bâtiment, vous êtes expatrié en UK et avez un job intéressant dans lequel vous vous ressourcez au quotidien… Néanmoins, la France vous manque et vous souhaitez revenir dans votre pays pour y poursuivre votre projet professionnel.

Vous entrez dans une dynamique de recherche d’emploi. Cette situation nouvelle pour vous est source de questionnements et d’interrogations :

1) « … Je souhaiterai revenir le plus tôt possible, en envoyant des candidatures spontanées, mais je ne sais pas comment m'y prendre vraiment… »

2) « …J'hésite entre donner ma démission et chercher un job en France ou chercher un job avant de démissionner … Cela pourrait-il être "handicapant" ou "inquiétant" aux yeux de mes futurs employeurs? Peuvent ils trouver ca louche que je sois partie de ma situation ici en Angleterre sans aucunes raisons apparentes ?… »

3) « … Joindre à ma candidature des lettres de recommandations … Cela apporterait-il une grosse différence à ma candidature ?… »

4) « … Est-ce que le taux d’embauche à dégringoler réellement, surtout dans le milieu de l’ingénierie du bâtiment? Est-il trop risquer de se lancer dans la quête d’un nouveau job maintenant ?… »

1) Commencer votre recherche via des candidatures spontanées me semble être en contradiction avec votre désir du « plus tôt possible ». En effet, ce type de démarche prend du temps et s’avère généralement plus longue qu’une recherche par annonce. Une recherche d’emploi par candidature spontanée s’établit dans le temps et se déroule en plusieurs étapes :

- Ciblez votre marché, sélectionnez une vingtaine d’entreprises correspondant à votre projet, profil, valeurs, attentes… Cela vous permettra de faire un benchmark de votre marché, de le sonder et de vous informer sur son état. Profitez de ce travail d’approche pour obtenir des informations sur l’état du marché de l’emploi en France sur l’ingénierie du Bâtiment.

- Approchez vos cibles, première étape adressez une candidature spontanée, évitez les lettres de motivation type, adaptez votre discours à vos cibles ! Puis dépassez cette simple action en entrant en contact directement avec l’entreprise… C’est l’occasion de « provoquer » des rencontres avec des opérationnels pour obtenir des entretiens métiers. Votre objectif est de constituer votre réseau au sein de vos cibles : de vous faire connaître et de mettre en avant votre projet professionnel… Les sites sociaux du type VIADEO sont une mine d’information et vous offre de réelles opportunités pour vous inscrire dans ce genre d’action.

- Suivez vos candidatures, croisez vos contacts et approchez les RH des entreprises, relancez et demandez des informations sur les opportunités futures… Néanmoins, ce type de démarche demande du talent et de réelles capacités à travailler en mode réseau.

UK1.bmp
2) Rechercher un job prend du temps et s’apparente bien souvent à un travail à plein temps. En effet, si vous souhaitez entamer une recherche qualitative et vous concentrer sur celle-ci, j’ai quelques difficultés à concevoir que vous puissiez mener votre activité professionnelle et une recherche active d’emploi… A mener les deux de front, vous ferez tout au plus de la veille, car en dehors du temps de recherche, il vous faudra du temps pour les entretiens et vos déplacements… Les entreprises sont souvent en urgence en situation de recrutement, les préavis et autres contraintes liées à une prise rapide de poste pèsent parfois lourdement dans la décision de recrutement. Sans compter que votre éloignement géographique (même si le TGV nous a nettement rapproché de la perfide Albion) peut aussi peser en défaveur de votre candidature.
Par ailleurs, il court un vieil adage dans le monde du recrutement : « … on trouve bien plus rapidement un emploi lorsque l’on est en poste que sans activité … », il est donc vrai que bien souvent les recruteurs sont suspicieux et peuvent trouver cela « louche que je sois partie de ma situation ici en Angleterre sans aucunes raisons apparentes … ». Face à cette quadrature du cercle et vu la situation actuelle de l’emploi, je vous invite d’une part à bien sonder votre marché, à prendre le temps de votre réflexion, de construire votre réseau… Et si tous les voyants sont au vert de vous lancer à plein temps dans votre recherche.
eurostar.jpg
3) Les lettres de recommandations n’ont pour moi aucun intérêt. En effet, votre réussite s’est faite dans un cadre bien précis, avec un management adapté à la situation et des projets à la hauteur de vos aptitudes et compétences… Tout cela est à remettre en question dans un nouvel environnement. Il n’y a donc que l’évaluation de votre personnalité, de vos comportements, de votre motivation, aptitudes et autres compétences ainsi que la compréhension de votre futur environnement qui me permettront en temps que recruteur de prendre une décision concernant votre candidature.

4) En croisant toutes les informations sur le marché de l’emploi et en les recoupant avec mon actuelle activité de recrutement, j’estime que nous faisons face à une baisse de l’ordre de 30% de l’activité recrutement. Les secteurs les plus touchés étant : l’informatique, le marketing, les relations publiques et les médias. Les baisses d’activité semblent plus modérées sur des secteurs comme la construction. La recherche d’un emploi est lié à l’état du marché, néanmoins votre projet professionnel et votre «employabilité » sont des facteurs déterminants dans la réussite de votre recherche. Il faut donc jauger ses deux éléments avant de vous lancer dans une recherche active d’emploi.

Espérant avoir pu vous conseiller et vous aider dans votre recherche.

Dans l’attente de vos commentaires et réactions.

lundi 20 avril 2009

Bilan de compétences et Histoire de vie

Chère Claire,

Vous envisagez de faire un Bilan de Compétences notamment pour faire le point et redéfinir votre projet professionnel, vous vous interrogez donc sur :

« Qu'attendre d'un bilan de compétences (objectifs, garanties) ? »
« Comment bien choisir l'organisme où l'effectuer? Sur quels critères ? »

Faire un Bilan de Compétences est un acte important et bien souvent « lourd » de sens… En effet, pour s’engager sur cette action de fond il faut d’une part en mesurer toutes les conséquences et d’autre part prendre cet acte « d’introspection professionnelle » avec précaution.

Malheureusement dans la réalité celui-ci est bien souvent pris un peu à la légère. En effet, beaucoup de RH, de consultant ou autre coach mettent un peu facilement cette solution en avant et on entend bien trop souvent : « faites un Bilan de Compétences vous y verrez plus clair ! ». Un bon moyen de se débarrasser du problème ou encore de vous vendre une prestation ! L’emballage est là, mais le cadeau à l’intérieur est parfois empoisonné… N’oublions pas que le besoin de passer par cette étape de Bilan est bien souvent l’expression d’un certain « mal être professionnel », de forts questionnements sur son devenir professionnel et d’un sentiment de :
« Que vais-je devenir ? Quelles sont mes points forts et points sensibles ? Quelles sont mes compétences ? Quelles orientations professionnelles prendre dans le futur ? ». Les évènements déclencheurs au Bilan de Compétences sont donc anxiogènes et interviennent à un moment crucial dans la vie professionnelle d’un individu.

bilan.png

Charge à vous donc de faire un travail personnel avant d’entamer ce type de démarche, si vous vous posez déjà la question de l’objectif d’un tel bilan, vous n’êtes pas prête à entamer ce voyage d’introspection. C’est à vous de le déterminer… S’agit-il pour vous de réfléchir sur vos compétences accumulées lors de vos différentes expériences ? De vous projeter sur votre avenir professionnel ? De vous accompagner dans un changement de métier ? De mieux définir votre projet professionnel ? De vous redonner confiance en vous ? De parler de vous et de faire le point ? C’est vous seul qui devez déterminer ce que vous souhaitez obtenir d’un Bilan de Compétences… Le risque de partir dans une telle aventure en aveugle et de vous retrouver avec plus de question à la fin de ce bilan qu’avant de vous y être engagé.

Les garanties d’un tel acte sont donc et avant tout la préparation que vous y mettez et les attentes que vous avez face à ce type d’exercice… Il n’en reste pas moins que ce n’est pas une formule magique qui va résoudre toutes vos difficultés…

Un Bilan de Compétences se déroule autour de six phases :

- L’accueil - Le bilan - Le projet - Le plan d’action - Les techniques de recherche d’emploi - L’accompagnement

Afin de vous faire profiter de mon expérience en la matière, je ne vais aborder que la partie Bilan avec la présentation de l’élément « Histoire de vie » et la partie projet que constitue la phase de projection professionnelle.

Par expérience (petite aparté : j’ai fait un Bilan de Compétences au travers d’un Outplacement il y a maintenant plus de 3 ans) un Bilan de Compétences trouve toute sa force dans sa capacité à vous permettre de faire le point. Il me paraît par contre beaucoup moins adapté dans la projection que peut-être notamment la définition du projet professionnel. En effet, la phase que j’ai trouvé la plus intéressante dans ce type d’exercice est celle appelée « Histoire de Vie ». Le consultant vous invite à coucher sur papier votre vie personnelle et professionnelle afin que vous puissiez vous raconter et mettre en perspective ce qui fait votre personnalité, vos comportements et vos motivations… Un véritable moment de vérité qui permet de faire le point et bien comprendre ce qui vous fait vous !

En ce qui concerne l’étape de projection et la définition de mon projet professionnel, j’étais plutôt déçu… J’ai trouvé la consultante un peu courte dans son approche et les outils proposés pas très adaptés… Il s’avère qu’avec le recul, cette expérience m’a appris une chose : les avis extérieures vous permettent de faire le point (ce qui constitue le travail de base du Bilan), néanmoins, la projection et la définition de votre projet professionnel vous appartient et vous ne pouvez en être que l’unique réalisatrice et actrice.

Pour bien choisir l’organisme avec lequel vous souhaitez faire un Bilan de Compétences, en dehors des grands noms de la partie… C’est avant tout une histoire de contacts, de rencontres et d’entretiens préliminaires qui vous décideront. En effet, la relation au consultant est très importante dans la réalisation d’un Bilan de compétences, le facteur : intuitu personnae est donc très important… Pour ma part, j’ai sollicité des entretiens préliminaires avec quatre Cabinets avant de me décider et de faire mon choix.

Espérant avoir répondu à vos questions et avoir pu vous aider.

Au plaisir de vous lire prochainement.

mercredi 18 février 2009

Mon conseil à Olga, bien préparer son entretien de Recrutement

Chère Olga,

En recherche d’emploi, vous vous posez de nombreuses questions :

1. Quelles informations clés peuvent rassurer/motiver un recruteur face à la candidature (LM ou entretien) d'une personne d'origine étrangère, notamment africaine ?

J’ai quelques difficultés pour vous apporter une réponse… Je ne comprends pas en quoi un Recruteur doit être rassuré face à une candidature d’origine étrangère et notamment africaine ! Sans être candide, je sais bien que nos sociétés ont un certain penchant pour discriminer les candidats selon leurs origines ethniques… Malgré cette situation, je vous conseille d’être vous même, d’agir en transparence et de ne surtout pas vous mettre dans la position de vouloir correspondre « à tout prix » aux actions discriminantes de certains recruteurs. Soyez fière de vos origines et de votre différence, assumez-les et faites-en un avantage… Quant aux recruteurs et aux sociétés qui ont besoin d’être rassurés face à des personnes d’origine étrangère, vous n’avez aucun intérêt à les rejoindre, car vous auriez du mal à vous y épanouir !

afriqueenfrance.bmp

2. Quelles sont les règles ou astuces (entretien ou LM) pour mettre en valeur une polyvalence professionnelle ?

Je ne sais pas s’il y a de véritables astuces ou règles pour mettre en valeur la polyvalence et réussir vos entretiens… Je n’ai en tout cas pas de botte secrète ou de formule magique à vous communiquer… Néanmoins, comme dans toutes activités je pense que la première règle à suivre et celle du travail et notamment de la préparation. En effet, un entretien de recrutement réussi c’est avant tout un entretien bien préparé. Comme dans le contexte professionnel, vous préparez vos réunions de travail, vos présentations ou dans vos études vos examens, vos oraux pourquoi n’en serait-il pas de même pour un entretien de Recrutement ?

Lors d’un entretien de Recrutement, votre principal objectif est de faire passer des messages. Vous devez donc vous préparer et formaliser les éléments qui vont vous permettre de vous mettre en valeur, c’est à dire :

- projet professionnel,
- aptitudes,
- compétences,
- savoir-faire,
- personnalité,
- comportements,
- motivations.

lucien.bmpUne fois au clair avec ces éléments qui constituent « l’ossature » de votre candidature, il vous faudra préparer une étude sur l’offre et la société que vous allez rencontrer… Cette partie est essentielle pour vous projeter dans vos futurs fonctions et fera la différence auprès du Recruteur. Malheureusement, beaucoup trop de candidats ne préparent pas leur entretien et arrivent un peu « les mains dans les poches » et sans grande préparation : le résultat étant bien souvent désastreux.
Vous ne pouvez imaginer le nombre de candidats que je rencontre et qui n’ont pas préparé cette phase décisive de l’entretien : ne sachant même pas ce que sont les missions principales du poste proposé et son environnement (informations qui sont le plus souvent sur l’annonce)… Ces mêmes candidats, qu’on appelle dans le métier « Les Touristes », sont d’ailleurs bien souvent incapables de faire une synthèse des informations récupérées sur la société, quand ils daignent aller sur le site internet, combien de fois j’entends « je suis allé rapidement sur votre site internet ». N’est-il pas alors dans mon bon droit de Recruteur d’aller « rapidement » sur cette candidature ?

Malheureusement, il y a encore plus déplorable et qui à mon sens dénote d’un manque total de préparation, d’intérêt, de motivation ou de curiosité : le candidat qui n’a aucune question à poser sur le poste et son environnement. La plupart du temps cette phase de « questions » qui est laissée aux candidats en fin d’entretien est déterminante… En effet, elle clôt la session d’entretien qui vient de se dérouler, c’est le moment de confirmer ses motivations et de laisser une bonne impression à ses interlocuteurs… Je vous conseille d’éviter à la question « avez-vous des questions ? » de répondre par un « Non … » bien souvent cinglant et peu à propos ou encore de retourner cette question par un « quel est le salaire sur ce poste ?… » dont les dégâts sont bien souvent irréparables… Bien que la question du salaire peut être abordée lors d’un entretien, ce n’est pas à ce moment là ! Mais dans un autre temps, notamment si le Recruteur vous demande quelles sont vos prétentions ou le niveau de votre actuelle rémunération.
A contrario et pour clore au mieux votre entretien, libérez-vous et laissez place à votre curiosité. Tout en vous appuyant sur les informations perçues lors de l’entretien pour poser des questions bien à propos.

3. Ayant récemment élargi mes compétences à un autre domaine professionnel, j'ai souvent du mal à "justifier" cette bifurcation autrement qu'en invoquant le fait que j'ai une double passion. Vous auriez un argumentaire plus pertinent peut-être.

Encore une question à laquelle je n’ai pas de réponse précise à vous apporter… Décidément vous allez penser que je ne suis pas de bons conseils. Néanmoins, c’est votre projet professionnel et le sens que vous en donnez qui va vous permettre d’argumenter sur cette « bifurcation ». En effet si celui-ci est cohérent, solide et bien construit, je ne vois pas en quoi votre argumentaire ne ferait pas mouche ! Mettez de la conviction dans vos propos, soyez pertinente et probante dans vos propos. C’est à vous de démontrer à votre interlocuteur tout le sens de votre parcours et la cohérence de vos choix.

Je vous souhaite de réussir dans votre projet professionnel.

jeudi 8 janvier 2009

Pour convaincre un Recruteur, il faut donner du sens à son Projet Professionnel

Chère Michèle,

Assistante de Direction Générale depuis de nombreuses années avec un parcours professionnel riche en expertise et en responsabilité, vous vous posez quelques questions sur votre avenir au sein de votre actuelle société :

« je cherche à partir (depuis déjà quelque temps et sans succès) de l'entreprise pour laquelle je travaille depuis 12 ans (en CDI et avec un bon salaire de surcroît ...) car je suis arrivée à saturation ! Je réponds à des annonces sur le site de l'APEC et de Cadremploi, je décroche parfois un entretien, mes tests se passent bien, les entretiens aussi mais, au mieux, je suis short listée. »

Vous nous précisez que vous cherchez à partir de votre entreprise car vous êtes « à saturation »… Avant de vous lancer dans une recherche d’emploi vous vous devez de comprendre ce qui est à l’origine de ce phénomène. En effet qu’est ce qui fait que vous êtes arrivée à « saturation » de votre situation professionnelle ? Alors qu’après douze années de bons et loyaux services à votre entreprise vous êtes en pleine maîtrise de votre fonction et que votre épanouissement professionnel devrait être à son apogée ! De surcroît vous avez un poste à Responsabilité avec un bon salaire… Beaucoup de Chercheurs d’emploi, mais aussi votre entourage doivent penser que vous avez beaucoup de chance dans votre activité professionnelle… Pourquoi aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs ? Que se passe-t-il dans votre poste actuel ? Que vous manque-t-il et que recherchez-vous ? Comment avez-vous perdu votre motivation ? Vous vous ennuyez peut-être ? Vos activités sont-elles devenues trop routinières et répétitives ? Vous ne supportez plus les demandes et autres sollicitations de vos patrons, on vous en demande toujours plus et trop ! Toutes ces questions sont celles que le recruteur va se poser à la vue de votre candidature… Pour y répondre, il faut que votre projet professionnel soit crédible, c’est à dire qu’il ne s’inscrive non pas dans un simple départ, mais aussi dans une dynamique d’objectif : ce vers quoi vous tendez et non pas ce que vous « fuyez ».

IMAGE

Les difficultés que vous rencontrez dans votre recherche d’emploi peuvent avoir comme origine cette situation professionnelle délicate de « saturation » et notamment la non formalisation de votre projet professionnel… En effet, les recruteurs peuvent très bien avoir la sensation que vous partez plus d’un emploi qu’à vous diriger vers un autre… Votre projet professionnel apparaît donc comme mal défini et peu construit. Un Recruteur suspicieux (ils le sont tous !) va se demander ce que vous pouvez cacher dans votre départ… Cela fait beaucoup trop d’incertitudes ou d’interrogations dans son process de recruteur ! Notamment pour une candidate qui axe sa recherche sur des postes stratégiques car proches de la Direction. Les recruteurs ont horreur du vide et n’agissent que dans un sens : sécuriser au maximum leurs décisions. Il faut donc les rassurer sur vos motivations, votre projet et réellement leur montrer que votre démarche de recherche est logique et sans zone d’hombre. C’est à dire construite et inscrite dans une dynamique qui a un objectif : votre nouvel environnement de travail. Il vous faut donc donner du sens à votre recherche : ne pas donner simplement la sensation que vous partez de votre actuel emploi, mais que vous vous dirigez vers un nouveau projet !

Première action à mettre en place, éclaircir ce phénomène de « saturation » et faire le point pour notamment vous projeter sur un projet professionnel clair et précis… Et même si notre société vit une véritable crise de jeunisme, dites-vous bien que ce n’est pas forcément votre âge qui vous handicape (la preuve vous obtenez des entretiens), mais bien votre projet professionnel qui est un peu bringuebalant.

Une fois cette étape réalisée, relancez cotre campagne de recherche (APEC et Cadremploi) tout en y ajoutant une pointe subtile de réseau professionnel, notamment pour vous créez les meilleures opportunités.

En espérant avoir pu vous aider à mieux formaliser votre projet professionnel

lundi 8 décembre 2008

Un très grand Merci à Lucie !

Chers lecteurs,

Après un an passé à vos côtés sur le Blog Recruteur et Candidats, je vous informe que j'ai décidé d'arrêter d'apporter ma contribution. En effet, je participe à un groupe de travail avec d'autres professionnels de ma fonction sur plusieurs thématiques, ce qui me prend du temps et de l'énergie, mais aussi parce que ma fonction que j'occupe actuellement prend de la dimension (nouveaux projets à gérer).
Je tenais à remercier Laurent pour m'avoir permis de participer à ce Blog auquel j'apporte beaucoup d'attention, et à vous, lecteurs pour vos questions. Jai été ravie de répondre à vos demandes de conseils, toutes aussi intéressantes les unes que les autres, ce qui m'a enrichit d'un point de vue professionnel, au vue de leur diversité.

Je vous souhaite à tous un épanouissement dans votre vie professionnelle, qu'elle vous apporte beaucoup de plaisir !!!

Chaleureusement,

Lucie Weis

thank-you.jpg


Pour ma part, je remercie très chaleureusement Lucie pour son implication et le temps qu'elle a accordé à RecruteuretCandidats... J'en profite pour lui souhaiter une belle carrière dans les Ressources Humaines et un parcours de vie riche en bonheur !

Laurent RODRIGUEZ

vendredi 28 novembre 2008

Savoir alléger la richesse de son parcours professionnel pour rassurer le recruteur

Cher José,

Riche d’une expérience et d’un parcours à l’international, vous souhaitez donner à votre projet professionnel une nouvelle dimension notamment en vous orientant sur des fonctions de Responsable Export ou en vous ouvrant à d’autres secteurs, comme l’Industrie. Depuis votre retour en France, vous obtenez peu de résultats et vous vous posez de nombreuses questions :

« … Maintenant je me dis que mon CV est soit mauvais, soit on n'aime pas les gens comme moi chez les recruteurs : trop atypique peut-être ... »

« … Je commence à douter de mes compétences et me demande à quoi cela a servi d'avoir systématiquement chercher a m'enrichir d'expériences variées a travers le monde pour être le plus polyvalent et polyglotte possible ... »

« … On dirait qu'en France, si on n'a pas un parcours lisse, qui rentre bien dans les cases avec une progression de carrière aseptisée, he ben on n'est pas crédible... c'est mon sentiment après quelques entretiens avec des recruteurs en tous les cas ... »

Dans le cadre d’une recherche d’emploi, il est toujours bon de prendre du recul et de se remettre en question comme vous le faites à travers les nombreuses interrogations que vous avez. Néanmoins, il faut savoir se poser les bonnes questions et ce n’est pas tant que votre CV est mauvais ! Mais simplement qu’il est peu adapté aux « petites cases » des recruteurs et que la richesse de votre parcours, de vos expériences et de vos compétences peut « freiner » certains recruteurs. En effet, votre CV actuel n’exprime pas de façon synthétique toute la diversité de votre vie professionnelle et ce que vous pouvez apporter à une entreprise… En fait, vous en dites et en présentez trop sur votre CV ! Cela donne une impression un peu « fourre-tout » et peu clair… Il vous faut donc être beaucoup plus synthétique dans la présentation de votre CV.

A la lecture de votre CV, le recruteur peut avoir la sensation que vous êtes trop dimensionné, voire sur-dimensionné, que vous pourriez vous ennuyer sur un poste avec moins d’envergure et de dimension que lors de vos expériences passées. Ce n’est pas tant que les recruteurs apprécient les parcours lisses ou qu’ils n’apprécient pas les parcours atypiques voire internationaux : mais trop d’informations tuent l’information.

drapeaux-du-monde.jpg

Votre CV est donc trop riche et trop détaillé, je vous rappelle que le recruteur n’a pas le temps de regarder votre CV dans les détails, il a besoin d’aller à l’essentiel et de comprendre rapidement ce qui fait vos spécificités… D’ailleurs, évitez les phrases et les longs paragraphes; cela n’apporte aucune plus value et noie l’information … A la lecture de votre CV et à la surabondance d’informations, on a la sensation que vous savez tout faire et que vos savoir-faire sont pléthoriques… Même si cela est vrai, laissez-en pour les entretiens et ne présentez que les éléments qui vous différencient… Il vous faut donc résumer avec intelligence vos expériences et leur donner une réelle dynamique. Je vous propose donc d’alléger votre CV de cette façon. Evitez des paragraphes « traits de caractères personnels », cela n’apporte absolument rien à votre CV… N’oubliez pas que c’est aux recruteurs de déterminer vos forces, vos atouts, mais aussi vos points d’améliorations qui sont d’ailleurs peu présents dans la liste que vous nous proposez : seriez-vous parfait José ? Je vous taquine bien évidemment, mais vous constaterez qu’utiliser ce type de présentation joue plus en votre défaveur qu’à votre avantage ! Cela n’a donc pas sa place sur un CV et ne fait que renforcer le sentiment d’être en face d’un candidat qui semble tout connaître, tout maîtriser et tout savoir…. Ce n’est donc pas tant votre parcours qui n’est pas crédible mais la surabondance d’informations sur votre CV qui ne joue pas en votre faveur. Il vous faut donc « alléger » votre CV pour effectivement entrer dans les petites cases des recruteurs et des entreprises sans vous dévaloriser… En bon Commercial que vous êtes, vous savez très bien que le maître mot de votre réussite en tant que candidat : est de vous adapter à vos interlocuteurs et au marché sur lequel vous évoluez !

Pour conclure, je pense que la surabondance d'informations peut réellement nuire à la crédibilité d'une candidatre et comme vous le direz ma Chère Vieille Tante "Point trop n'en faut pour plaire".

Espérant avoir pu vous aider dans vos recherches.

jeudi 2 octobre 2008

Mon conseil à Laetitia, phrase et CV ne font pas bon ménage

Chère Laetitia,

Vous vous interrogez sur la qualité de votre CV « …J’ai toujours l’impression que le résultat final ressemble à un méli-mélo peu flatteur et incapable d’allécher un recruteur. Pourtant moi aussi j’en ai des compétences !!!… ».
Votre objectif : comment allécher un recruteur et rendre votre CV plus « digeste » à son appétit ! Ma réponse : mettre plus en avant vos compétences et savoir-faire, notamment en respectant une règle d’or dans la rédaction de votre CV :

« Ne jamais utiliser de phrases dans un CV »

Pourquoi cette règle, ne serait ce pas encore un truc tordu de Recruteur ? Décidément rien n’est simple avec ces bêtes là !!! Ecrire c’est faire des phrases, alors pourquoi pas sur un CV, support sur lequel nous les Candidats sommes censés se raconter professionnellement me direz-vous !
Je vous répondrai : tout simplement pour aider notre cher Recruteur dans l’analyse quotidienne de ses CV… Partie la moins appréciée de son métier, tâche considérée comme répétitive et sans grande plus value, surtout lorsque l’on sait par expérience que 90% des CV reçus ne seront pas retenus ! Les candidats ne cibleraient-ils pas bien leurs candidatures ? Mais non qu’alliez chercher là Monsieur le Recruteur ? Vous savez bien que seul le candidat a raison et que votre expertise ni fera rien…
Mais, arrêtons-nous là ! Ne nous égarons pas sur ce sujet un peu polémique qui pourra certainement faire l’objet d’un prochain billet, si le temps et ma motivation me le permettent…Je vous propose donc de revenir à notre sujet et plus précisément à la demande de Laetitia…

Afin de rédiger un bon CV, je vous invite à préférer un style télégraphique avec des verbes à l’infinitif. Cela permettra au recrutement de rapidement comprendre si vous êtes dans le profil recherché et si vous avez bien ciblé vos candidatures. Vous ferez alors mouche dans la plupart des cas… A moins de tomber sur un Recruteur peu compétent, ce qui malheureusement peut arriver comme dans toute profession, ou bien encore plus rare : un recruteur peu sensible à la pression des opérationnels qui lui ont confié cette mission qui n’en finit pas de ne pas finir !

comptable_caissiere.jpg

Concernant votre CV, l’idée d’introduire l’environnement dans lequel vous travaillez est excellente, cela est d’ailleurs très apprécié des Recruteurs, malheureusement peu de Candidats l’utilisent. En effet, on ne développe pas les mêmes compétences dans une PME que dans un grand Groupe ou bien encore dans l’industriel que dans le Service… Bien définir votre environnement professionnel permet au Recruteur de mieux cerner vos savoir-faire. Néanmoins, la forme que vous utilisez n’est pas la bonne, en effet je vous invite à être plus synthétique ! Il ne s’agit pas de raconter l’histoire de votre société (profitez de l’entretien pour cela), mais de donner des informations précises sur votre actuelle entreprise comme le nombre de collaborateurs, le CA, le secteur d’activité…

De même pour vos missions et notamment dans la forme, sachez utiliser plus de couleur et certains effet comme le gras, l’italique ou encore le souligné pour mettre en exergue vos compétences et réalisations. Il apparaît dans l’analyse de votre CV une vraie compétence que vous ne mettez malheureusement peu en avant : la dimension internationale de votre parcours et votre maîtrise des langues, sachez le mettre en avant et « allécher » le recruteur avec ce savoir-faire qui fait votre spécificité, notamment en le précisant dans le titre de votre CV.

Pour vous aider dans la réalisation d’un nouveau CV, je vous propose ce modèle de CV, je vous laisse renseigner les parties en rouge et vous propose de suivre la même dynamique de rédaction pour le reste de vos expériences.

En espérant avoir pu vous aider à rendre votre CV plus en correspondance avec vos compétences.

Au plaisir de vous lire très prochainement.

- page 2 de 8 -