Recruteur et candidats

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 5 janvier 2010

Recherche Jeune Diplômé pour témoigner à l’émission « Zone Interdite »

Chers lecteurs,

RecruteuretCandidats s’associe à l’émission « Zone interdite » de M6 et offre la possibilité à des jeunes diplômés (Bac+2 et plus) de témoigner de leur situation professionnelle face à la crise.

anpe.jpg

Je vous invite à découvrir l’appel à témoin émis par Quentin :

« Pour un documentaire pour l'émission "Zone interdite" sur les jeunes diplômés et la crise, nous recherchons un jeune diplômé (Bac+2 et plus) en recherche d'emploi et qui ne trouve pas du fait du contexte actuel et qui, à défaut d'aide financière parentale/familiale, doit cumuler les emplois d'appoint et "petits boulots" pour subvenir à ses besoins ».

Pour toute précision ou question ou si vous êtes intéressé(e), n'hésitez pas à contacter Quentin par téléphone au 01.41.92.64.67 ou par mail à quentin.lavogez@m6.fr.
Merci pour votre aide et vos réponses à cet appel à témoin.

lundi 26 octobre 2009

Le Recrutement en ligne atteint son plus bas niveau depuis septembre 2005

Cher tous,

Pour obtenir des informations sur le marché du Recrutement en Ligne, je vous invite à prendre connaissance du « Monster Index de l'Emploi ». Source d’informations fiables et d’analyses pertinentes sur l’activité du recrutement en ligne, cet Index a été Lancé en juin 2005 et propose une photographie mensuelle des tendances en matière de recrutement au niveau européen.

crise_tout_va_bien.jpg

Pour connaître la tendance sur ce mois de septembre en France, qui n’est pas très réjouissante (cf le titre de ce billet), lisez le document ci-joint : « Monster Index de l'Emploi en France ».

Le Monster Index de l'Emploi est également disponible mensuellement pour la Belgique, la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Suède, le Royaume-Uni et l'Europe à l'adresse suivante : http://about-monster.com/employment/index/17

Bonne lecture…

mercredi 30 septembre 2009

Réseau social et projet professionnel

Chers lecteurs,

En ligne depuis le 25 mai, vous avez été 122 à répondre au « sondage du moment » qui avait pour question :

Quel canal de recrutement vous paraît le plus efficace ?

Résultat de ce sondage :

- 43% les relations personnelles et professionnelles (52 votants)
- 15% Les espaces recrutement sur les sites des entreprises (19 votants)
- 14% les petites annonces sur les sites spécialisés (17 votants)
- 11% les cabinets de recrutement (13 votants)
- 8% les candidatures spontanées (10 votants)
- 6% les petites annonces des organismes pour l’emploi (7 votants)
- 3% le réseau de votre école (4 votants)

Grand vainqueur de ce sondage, « les relations personnelles et professionnelles » apparaît donc pour de nombreux votants comme le canal de recrutement le plus efficace. Confirmant cette tendance, beaucoup de Recruteurs considèrent d’ailleurs que le phénomène « réseau » occupe une place de plus en plus importante pour réaliser son projet professionnel. Véritable mouvement de fond, le phénomène Réseau s’est démocratisé, devenant notamment accessible au plus grand nombre. Auparavant, restreint à un cercle soit de milieu social, d’écoles, de situation géographique, de club… Aujourd’hui, les possibilités pour se créer un réseau professionnel sont plus nombreuses et plus ouvertes, notamment avec des outils comme VIADEO, LINKEDIN et autres FACEBOOK. Se constituer un réseau n’est donc plus réservé aux pro de la relation publique ou à certaines élites mais à n’importe quel possesseur d’une connexion internet.

En recherche d’emploi sur un secteur ou un métier bien défini, en ligne sur un réseau social, vous pouvez obtenir rapidement des noms et des coordonnées pour solliciter des professionnels et vous entretenir avec eux. Néanmoins, tout n’est pas si simple que cela… C’est à ce moment que vous devez faire preuve de talents et d’intelligence dans la gestion de votre réseau sur internet… En poursuivant un objectif : réaliser votre projet professionnel.


pessin_facebook.png

Il s’agit donc pour vous de faire preuve de talent dans la relation, de choisir les bonnes personnes et de les intéresser à vos compétences et votre personnalité. Pour vous accompagner dans cet objectif, je vous propose quelques conseils pour développer votre profil professionnel sur internet et par la même occasion votre réseau :

- N’accumulez pas les contacts exagérément… Pensez-vous être crédible et pouvoir « entretenir » un réseau de plus de 1500 contacts ? Pourtant certaines personnes s’affichent avec ce type de performance sur certains sites sociaux !
- Soyez cohérent dans la constitution de votre réseau, celui-ci sera d’autant plus attrayant pour des professionnels qui ne souhaitent développer des relations que dans une sphère métier ou un environnement précis.
- Pensez à créer plusieurs profils sur différents sites sociaux… Méthode Chronophage, mais à coup sûr gagnante, notamment pour développer un réseau attrayant et cohérent.
- Ne mélangez pas votre vie privée et votre vie professionnelle sur des sites du type VIADEO… Votre réseau professionnel s’intéressera peu à votre passion pour les chats ou à vos voyages exotiques.
- Construisez votre net-identité sur un axe professionnel et utilisez l’anonymat pour vos activités personnelles sur internet.
- Entrez dans une relation gagnant-gagnant avec votre réseau, soyez prêt à donner autant de temps (voire plus) pour espérer en obtenir au moins autant !
- Sollicitez avec précaution et intelligence les membres de votre réseau, en soignant votre communication écrite et le rythme de vos demandes.
- N’approchez pas votre réseau de façon trop directe, provoquez les échanges d’informations et les entretiens professionnels et affichez-vous comme un chercheur d’opportunités plus qu’un chercheur d’emploi.

En espérant vous avoir apporté mon éclairage sur ce sujet et dans l’attente d’en débattre avec vous. Je vous propose un nouveau « sondage du moment » et vous remercie par avance de votre participation.

Quels sont vos objectifs professionnels ?

- Trouver un équilibre entre vie personnelle et professionnelle
- Travailler à l’international
- Avoir un haut niveau de revenus
- Multiplier les expériences
- Vous spécialiser dans un domaine
- Lancer votre propre entreprise

Au plaisir de vous lire prochainement.

lundi 20 juillet 2009

75% des Commerciaux enjolivent leurs CV

Chers lecteurs,

Pour faire écho au titre accrocheur de ce billet, je vous invite à lire un article de Brice ANCELIN sur le site RH Focus sur la 6e étude « Les CV Trompeurs » publiée début juillet par le Florian Mantione Institut.

ccial.bmp


Le CV trompeur sous toutes ses formes

Vous en souhaitant une bonne lecture et pour réagir avec vous selon vos commentaires.

lundi 25 mai 2009

Travailler plus pour gagner plus

Cher tous,

En ligne depuis le 19 décembre, vous avez été 162 à répondre au « sondage du moment » qui avait pour question :

Comment envisagez-vous votre vie professionnelle ?

1. Gagner plus en travaillant plus – 97 votants
2. Gagner moins en travaillant moins – 65 votants

Sur les 155 participants, les résultats sont les suivants :

- 60% « Gagner plus en travaillant plus »
- 40% « Gagner moins en travaillant moins »

Sujet à controverse et à discussion, le « travailler plus pour gagner plus » fait débat dans notre société depuis quelque temps et a atteint son apogée lors de la dernière campagne présidentielle… A ce moment, les avis se sont opposés et celui du « travailler plus pour gagner plus » a remporté la manche. En effet, le peuple français a tranché et choisi à la suite de cette élection de construire une société sur ce modèle. Les résultats de ce sondage ne font donc que confirmer ce choix.

Avant d’ouvrir le débat et notamment pour étayer mon commentaire sur ce résultat, je vous propose un petit travail de réflexion autour de la notion de travail, qui navigue entre étymologie, philosophie et histoire...

Quelle est donc l’origine de ce mot travail ? Faisons un peu d’étymologie pour nous éclairer… Il semblerait que le mot travail ait pour origine un instrument de l’époque romaine : le tripalium, qui servait à torturer les esclaves. Est-ce à dire que le travail peut-être considéré comme une torture ou tout le moins comme une obligation ? Je vous laisse seul juge…

Pourquoi l’homme travaille-t-il ? Faisons alors un peu de philosophie pour répondre à cette question… Notamment au travers de deux grands penseurs que sont Aristote et Marx, pour le premier l’homme est privé de griffes et de fourrure, et doit compenser leur absence par des artifices. Il doit donc inventer des conduites, s’organiser autour d’outils et de moyens techniques… Ainsi le travail est apparu comme une nécessité «naturelle»: l'homme a du s'adapter en transformant la nature, pour combler ses besoins. Pour le second, l'homme transforme la nature et les choses par son travail, il façonne son environnement à son image et accède ainsi à la conscience : le travail est donc l’essence de l’homme et ouvre le chemin vers la culture et la liberté. Néanmoins, intervient la division du travail et la spécialisation des travailleurs, notamment avec la révolution industrielle : c’est le temps de l’aliénation, qui en substance se résume par : l'artisan produit en totalité un objet (il réalise et se réalise dans sa création), au contraire de l’ouvrier qui ne peut atteindre ce degré d’accomplissement. En effet, son travail n’est plus un aboutissement ou une création, mais une simple partie d’un tout… Le travail n’a alors d'autre but que de fournir un salaire grâce auquel les besoins du travailleur seront satisfaits. L’homme ne se réalise plus et ne se libère plus par son travail, il en devient esclave et n’a qu’une hâte s’en défaire… Il s’engage alors dans une fuite en avant que j’analyse par le besoin de consommer toujours plus pour se réaliser et surtout oublier son aliénation.

PHOTO TEMPS MODERNE

Quel temps pour le travail ? Faisons place à un peu d’histoire pour y répondre… Alors qu’il semble que l’ouvrier du Moyen Age commence et finit son travail avec le jour. La journée était donc parfois plus courte, parfois plus longue selon la saison que la journée du XIXe et XXe siècle, notamment rythmée par les cadences et les horaires fixes. A l’année, ce même ouvrier fournit un nombre de journées et d'heures de travail plutôt inférieur à celui que l'on exige de l'ouvrier du XIXe et XXe siècle. En effet, l’organisation de la société au Moyen Age fait la part belle aux obligations de l’Eglise et aux très nombreux jours chômés, fériés, fêtés et célébrés que la dévotion de dieu ordonne à cette époque !

Il est donc avéré que si certains travailleurs du Moyen Age travaillaient largement moins que nous le faisons aujourd’hui… De même, la moindre activité de la production à cette époque, l'absence de toute spéculation, la régularité de la demande permettaient de prévoir la quantité et la nature des objets qui devait être fabriqué sans être obligé d'imposer au travailleur des efforts extraordinaires, qui prend aujourd’hui toute sa force dans la notion de productivité. Certains travailleurs travaillaient donc moins longtemps, mais aussi l’activité devait être mieux équilibrée, moins nerveuse, ils devaient être moins surmenés, plus appliqués et plus consciencieux. Il semble donc bien que se soit l’industrialisation de nos sociétés et l’avidité des consommateurs qui nous poussent vers le « travailler plus pour gagner plus ».

Pourquoi la France s’est-elle orientée vers le partage du Temps de Travail ? Malgré cette marche en avant vers le toujours plus, la France a connu au XXe siècle une réglementation forte du travail avec deux phénomènes fort de sens : les congés payés et la réglementation sur la durée légale du temps de travail. L’aboutissement en étant la loi sur les 35 heures et notamment l’avènement du concept de partage du travail. L’objectif de cette théorie économique étant d’augmenter le nombre de travailleurs par le partage du travail afin de diminuer le chômage. Cette politique s'accompagne, d'une façon ou d'une autre, d'une baisse de rémunération individuelle (pour le salarié) et d'une hausse du coup de la main d'œuvre (pour l'employeur). L’échec est réel, les conclusions de la plupart des économistes sur la politique de partage du travail vont dans le même sens : la réduction du temps de travail ne crée pas d'emploi et bride l’activité économique. La notion du « travailler plus pour gagner plus » est donc au début de ce XXIe siècle de nouveau remise sur le devant de la scène et permettra à son porte drapeau de s’en servir pour notamment se faire élire à la présidence…

Quel avenir pour le « travailler plus » ? Simple manœuvre électoraliste morte-née, car rattraper par une urgence, celle de la décroissance… En effet, le « travailler plus » implique une croissance économique plus soutenue et durable. Néanmoins, la raréfaction des ressources naturelles ne semble pas nous autoriser à nous engager sur une telle voie sans compter les dommages sur l'environnement, le climat et les écosystèmes… Une croissance soutenu d’un type Trente Glorieuses, ce que sous-entend la notion du « travailler plus » ne ferait que nous précipiter plus rapidement vers un futur plus qu’incertain.

DESSIN BRETONNE

Vous comprendrez aisément que j’ai quelques difficultés à concevoir et comprendre l’intérêt « du travailler plus pour gagner plus », car que faire de cet argent en plus si l’on a moins de temps pour en profiter : s’enrichir ? Consommer plus ? Alors même que nous sommes à la croisée des chemins et que la solution bien que difficile de la décroissance semble la plus sage et la plus profitable à l’humanité sur le long terme…

Afin d’élargir le débat sur « le travailler plus », je ne lie pas forcément argent et travail, mais plus travail est plaisir… En effet, et je l’espère (en tout cas dans nos sociétés occidentales), le travail correspond de plus en plus à la vocation d'un individu et à ses tendances les plus profondes (création artistique, philosophique, scientifique…), celui s’approchant plus du jeu, de l’épanouissement et de la recherche de liberté… Internet pouvant en être un formidable outil, notamment dans le développement de la libre entreprise et le développement d’une forme d’artisanat numérique.

Certainement chanceux, j’ai l’opportunité de faire un travail plaisant, ressourçant et motivant. Alors que j’ai conscience que beaucoup de personnes (en tout cas trop à mon goût) ont une activité professionnelle qui n’est pas en phase avec leurs motivations et envies. Elles trouvent alors satisfaction dans un travail parce que celui-ci leur permet de se réaliser dans la consommation et de correspondre au dictat de nos sociétés matérialistes. Est-ce à dire que ce besoin de « travailler plus pour gagner plus » est l’expression d’un malaise et d’une sorte de fuite en avant de notre société ? Le besoin de trouver un véritable intérêt à son travail, notamment par le « gagner plus » ? Alors qu’il me semble que le travail se doit d’être avant tout un moyen pour se développer, évoluer, apprendre, communiquer et mettre en musique ce qui nous fait ce que nous sommes… C’est à dire des animaux sociaux qui s’épanouissent dans la rencontre, les échanges et la recherche de liberté.

Dans l’attente de vos avis et commentaires sur ces propos, je vous propose de participer à un nouveau sondage :

Dans la perspective d’une recherche d’emploi, quel canal de recrutement vous parait le plus efficace ?

- Les relations personnelles et professionnelles
- Les cabinets de recrutement
- Le réseau de votre école
- Les petites annonces sur des sites spécialisés
- Les candidatures spontanées
- Les petites annonces des organismes pour l'emploi
- Les espaces recrutement sur les sites des entreprises

Merci d'avance de votre participation au nouveau sondage du moment.

vendredi 19 décembre 2008

Pour ou contre le CV anonyme

Chers lecteurs,

En ligne depuis le 21 août, vous avez été 278 à répondre au « sondage du moment » qui avait pour question :

« Etes-vous pour ou contre le CV anonyme »

Un grand merci à tous pour votre participation à ce sondage dont le sujet semble polémique, mais aussi d’actualité et sur lequel chacun semble avoir son avis… Je vais à travers vos résultats vous donnez mon avis sur ce sujet tout en espérant entamer avec vous tous un débat intéressant et riche d’échange.

Les résultats de ce sondage sont les suivants :

Sur les 278 participants à ce sondage :

- 46% des votants sont pour le CV anonyme
- 43% des votants sont contre le CV anonyme
- 11% des votants n’ont pas d’avis sur ce sujet

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je vous propose de « planter le décor » sur le CV anonyme et de vous rappeler le cadre dans lequel celui-ci s’inscrit.

Le principe du CV anonyme veut qu’aucune information qui permette d’identifier le candidat n’apparaisse sur ce dernier, notamment sur des éléments considérés discriminants comme :

- La photo
- Le nom (voire le prénom)
- L’adresse
- Le sexe
- L’âge
- La nationalité

Sur un axe légal, le Code du Travail précise dans son article L 121-6 :

« Les informations demandées, sous quelque forme que ce soit, au candidat à un emploi ou à un salarié ne peuvent avoir comme finalité que d'apprécier sa capacité à occuper l'emploi proposé ou ses aptitudes professionnelles. Ces informations doivent présenter un lien direct et nécessaire avec l'emploi proposé ou avec l'évaluation des aptitudes professionnelles. Le candidat à un emploi ou le salarié est tenu d'y répondre de bonne foi. »

Le Sénat a voté le 9 mars 2006 un amendement rendant obligatoire l’utilisation des CV anonymes dans les entreprises de plus de 50 salariés en insérant l’article L 121-6-1 :

« Dans les entreprises de cinquante salariés et plus, les informations mentionnées à l’article L. 121-6 et communiquées par écrit par le candidat à l’emploi doivent être examinées dans des conditions préservant son anonymat. Les modalités d’application du présent article sont déterminées par décret en Conseil d’État. »

Les sanctions encourues pour le non-respect de cette obligation : l’anonymat du candidat et en l’occurrence le CV anonyme seront par ailleurs connues lorsque le Conseil d’Etat rendra un décret d’application (que l’on attend toujours depuis mars 2006 !).

cvanonyme.jpg

Après avoir replacé dans son contexte le « CV anonyme », je souhaite vous donner mon avis de recruteur sur le sujet, mais aussi celui de citoyen…
Commençons par mon avis de citoyen, il me semble que le CV anonyme est un faux débat et de la poudre aux yeux. En effet, une invention de nos chers politiques dont la non diversité ethnico-sociale n’exprime en rien la multitude de notre société, constat frappant lorsque l’on observe nos représentants à la Chambre des Députés et du Sénat. Par cet artifice, ils veulent encore et toujours nous donner, comme à leurs habitudes, des leçons qu’ils ne s’appliquent pas à eux-mêmes : plus de diversités, moins d’intolérance et plus de mixité sociale… Alors que nombre d’entreprise sont de plus en plus mondialisés, interculturelles, multisociales et sont donc bien plus représentatives de cette diversité que la bulle mediadico-politique dans laquelle nos hommes politiques évoluent !
Il apparaît que nos classes politiques sont malades de leur atavisme et de leur népotisme. Expression de notre société discriminante ou à l’origine de celle-ci, j’ai mon avis sur le sujet mais vous laisse la réponse… Néanmoins, leur solution : effacer ce qui fait nos différences (notre géographie), nos spécificités (sexe, âge…), notre humanité (notre nom) sur le CV ne me semble pas être une bonne réponse. En effet, ne devrait-on pas être fier de ce qui fait notre identité et l’imposer à ceux qui n’en veulent pas ?

Afin de poursuivre dans cette dynamique de pensée : être fier de notre identité ! Il me semble intéressant d’appuyer cette vision en vous donnant mon avis de recruteur… Je pense que le CV anonyme ne sert à rien et ne garantira en rien les candidats contre la discrimination qui fait feu de tout bois dans notre pays et notamment dans certain milieu… Le raciste, la non acceptation de l’autre, du différent et voire de l’étranger fait partie de l’humanité et malheureusement de nos sociétés modernes…
Oui, il existe des recruteurs racistes et discriminants, pensez-vous réellement que le CV anonyme pourra les arrêter dans leurs discriminations ? Non et d’ailleurs est-il réellement intéressants de travailler pour ce genre de personnage ? Tant pis pour eux ils ne bénéficieront pas de la diversité et de sa richesse et tant mieux pour nous ! Fuyez ces recruteurs, n’essayez même pas de les rencontrer ou de les forcer à vous accepter en utilisant l’anonymat et en niant ce que vous êtes… Soyez fier de vos origines tout en les laissant se « détruire » et « s’asphyxier » au milieu de leurs clones !

Le CV anonyme n’est donc pour moins qu’un prétexte, une façon de se dédouaner d’une réalité sociale dont le principal message qu’il véhicule me semble plus qu’inquiétant : effacer vos différences pour vous permettre d’intégrer la société ! Comme à l’exemple de son nom, dont on devrait être digne car il représente une histoire et notamment la mémoire de nos ancêtres…

En espérant vous avoir apporté mon éclairage sur ce sujet et dans l’attente d’en débattre avec vous. Je vous propose un nouveau « sondage du moment » et vous remercie par avance de votre participation.

Comment envisagez-vous votre vie professionnelle ?

- Gagner moins en travaillant moins - Gagner plus en travaillant plus

Au plaisir de vous lire.

jeudi 21 août 2008

Savoir contrôler c’est savoir Manager !

Chers lecteurs,

En ligne depuis le 15 avril, vous avez été 304 à répondre « Au sondage du moment » qui avait pour question :

« Pour vous, quelle est la capacité primordiale que doit avoir un manager ? »

Un grand merci à tous pour votre participation à un sujet qui me semble important et que certains tiennent à cœur.

Les résultats de ce sondage sont les suivants :

1. Organiser et coordonner les activités (94) pour 31% des votants
2. Motiver (85) pour 28% des votants
3. Prendre des décisions (48) pour 16% des votants
4. S'imposer naturellement dans la relation (43) pour 14% des votants
5. Fixer des objectifs (28) pour 9% des votants
6. Contrôler le travail exécuté (6) pour 2% des votants

Pour ce sondage, je suis parti des cinq missions qui me semblent résumer au mieux et de façon générique le métier de Manager :

1. Fixer des objectifs
2. Organiser et Coordonner
3. Motiver
4. Contrôler
5. Récompenser

Il me paraît essentiel que chaque Manager bâtisse au quotidien ses activités au travers de ces cinq missions. Pour pouvoir exercer et réussir dans ses fonctions, il faut à notre Manager des aptitudes et des compétences qui lui permettent de mener à bien toutes ses missions. Prenant en compte que chaque environnement et contexte peuvent amener à définir des aptitudes particulières ou spécifiques au management… Il m’est néanmoins apparu intéressant de faire ressortir six capacités génériques au management en lien avec ces cinq missions et de vous demander laquelle de ces aptitudes vous parait primordiale.

Pour la majorité des votants, c’est à dire 31%, l’aptitude primordiale d’un Manager se situe dans sa capacité à organiser et à coordonner les activités de ses collaborateurs. Ce résultat semble être l’expression d’un besoin légitime : se sentir accompagné par son Manager et sentir qu’il participe aux activités de l’équipe… Certes, savoir organiser et coordonner le quotidien de son équipe est une capacité importante pour un Manager, mais qui ne me semble pas primordiale ! Par ailleurs, j’apprécie le pragmatique qui ressort de ce résultat que bien souvent mes clients internes n’expriment pas… S’enterrant dans des capacités de leadership ou d’autorité naturelle qui n’expriment rien et comme si la dynamique organisationnelle mise en avant par vos soins tombait soit sous le sens ou n’avait pas d’importance. Néanmoins et malgré le côté prégnant de l’organisation dans une équipe, il me semble que d’autres capacités sont plus primordiales que celle-ci.

Pour 28% des votants, il est primordial pour un manager de savoir Motiver son équipe… Qu’est-ce qui nous motive et comment définir ce qui nous pousse à réaliser nos activités, tâches et missions quotidiennes ? Pour ma part, chaque individu est motivé par soit un besoin de reconnaissance, de compétition, de challenge, de curiosité et/ou d’ambition. Charge aux managers de découvrir ce qui motive chacun de ses collaborateurs pour les contenter dans leurs besoins et les satisfaire dans leur motivation. Le Manager dépasse alors son simple rôle de soutien (comme il peut l’être dans l’organisation et la coordination des activités de chacun) pour devenir le stimulant et le « poseur de rail » qui amène ses collaborateurs à atteindre leurs motivations. C’est une capacité importante que tout Manager digne de ce nom devrait maîtriser, mais qui peut aussi très bien être dédié à un coach, un leader et/ou des relais sur le terrain pour des équipes de grande importance.

manager-restaurant.jpg

Pour 16% des votants, il est primordial pour un Manager d’être capable de prendre des décisions… Il me paraît essentiel qu’un Manager sache trancher et se décider pour impulser une dynamique de résultat à son équipe. Néanmoins, les participants à ce sondage ont décidé de reléguer cette aptitude au 3ème rang des capacités primordiales qu’un Manager doit avoir pour faire réussir son équipe. Comment un Manager pourra-t-il gérer les conflits et donner des orientations claires à son équipe s’il ne s’est pas se décider et faire des choix ? Etre capable d’organiser le travail de ses collaborateurs est-ce plus important que savoir prendre des décisions ? Des questions qui portent à débat et qui me donne à réfléchir sur les attentes de chacun vis à vis de sa hiérarchie…

Pour seulement 14% des votants, il est primordial pour un Manager de savoir s’imposer naturellement dans la relation… Nous assistons au travers de ce résultat à une mise à mal de la notion d’Autorité Naturelle. Est-ce la volonté de ne pas vouloir s’enfermer dans une relation seulement et simplement subordonnée à l’impact relationnel ou bien encore au charisme de son Manager ? Peut-on de toute façon se définir naturellement comme Manager ? Alors que nous avons tous au moins une fois rencontré des personnes avec un fort charisme et des aptitudes qui semblent naturellement tournées vers le Management. Il faut bien convenir que ces personnages sont rares, alors que les postes de Managers ne le sont pas ! Faut-il donc rechercher la perle rare et attendre patiemment l’homme charismatique ou faire confiance au candidat qui n’a pas ces facilités naturelles ? Il m’est avis d’être rationnel et de ne pas espérer rencontrer à tour de bras des Managers qui ont une autorité naturelle débordante, cela serait d’ailleurs trop facile et certainement ennuyeux. De même, la possession d’un talent naturel, ne remplacera jamais le travail et l’énergie que l’on peut mettre dans la réalisation de ses fonctions. Je rejoins donc assez largement la position des votants à ce sondage et ne place pas cette capacité dans les premières places !

Pour à peine 9% des votants, il est primordial pour un Manager d’être capable de fixer des objectifs… Etonnant que cette aptitude ne soit pas plus plébiscitée par les participants à ce sondage ! Alors que cette compétence est à la source du Management. En effet, c’est à partir des objectifs fixés que le Manager va pouvoir « piloter » les membres de son équipe et que chacun va pourvoir suivre une ligne directrice dans la réalisation de ses missions. Un Manager doit savoir décliner une stratégie d’entreprise en objectif collectif, afin de pouvoir fixer des objectifs individuels à chacun des membres de son équipe et être en phase avec les buts de l’entreprise.

Pour une très large minorité des votants, c’est à dire 2% il est primordial pour un Manager d’être capable de contrôler le travail exécuté… Assez surpris par ce résultat, alors que le contrôle me paraît être la mission la plus compliquée pour un Manager et la plus indispensable pour un collaborateur. En effet pour pouvoir progresser, s’améliorer et travailler sur ses axes de progrès il me paraît indispensable d’être éclairé sur son travail et notamment d’avoir un œil extérieur sur l’ouvrage exécuté. De même, pour le Manager pouvoir analyser le niveau de maîtrise, porter attention aux points sensibles et avoir une vraie vision du travail de son collaborateur sans tomber dans du « flicage » me paraît être une mission essentielle et une capacité qu’il est bien souvent difficile d’exécuter pour un hiérarchique. Car il se peut que lors du contrôle le Manager mette le doigt sur des objectifs non atteints, des actions non menées, des lacunes, des omissions (tout ce que le collaborateur ne veut pas regarder et/ou s’avouer)… Son action de contrôle peut alors être source de conflit et de recadrage ce que nombre de Manager semble parfois vouloir éviter car peu enclin et peu apte à endosser ce rôle de Manager-Censeur.

Pour conclure ce billet et dans l’attente de vos réactions pour en discuter plus amplement, je vous propose donc un nouveau sondage sur le thème du CV anonyme avec une question fort simple :

« Etes-vous pour ou contre le CV anonyme ? »

En espérant que ce nouveau sondage vous intéresse autant que le précédent et que vous soyez aussi nombreux à y participer.

lundi 16 juin 2008

Une nouvelle étude du CEREQ, « Génération 2004, des jeunes pénalisés par la conjoncture »

Chers lecteurs,

Le Céreq (Centre d’Etudes et Recherches sur les Qualifications) est un établissement public qui dépend du Ministère de l'Education nationale et du ministère du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité. Pôle public d'expertise au service des acteurs de la formation et de l'emploi, le Céreq concilie production de statistiques, recherches, études et accompagnement d'actions.

embauche_jeune.jpg

Depuis le début des années 1990, le Céreq a mis en place un dispositif d’enquêtes longitudinales sur les premières années de vie active.

Dans le cadre de l’enquête « Génération 2004 », le Céreq a interrogé, au printemps 2007, 65 000 jeunes parmi les 705 000 sortis pour la première fois de formation initiale en 2004. Les premiers résultats de l’enquête présentés dans le Bref n°248 sont issus de l’exploitation d’un échantillon « national » de 35 000 individus sortis de tous les niveaux de formation, 30 000 autres individus ayant été interrogés durant l’enquête dans le cadre de demandes spécifiques de régions et de ministères.

Je vous invite à lire les premiers résultats de cette enquête sur la « Génération 2004, des jeunes pénalisés par la conjoncture ».

mardi 15 avril 2008

Mobilité géographique et ambition professionnelle

Chers lecteurs,

Le lundi 14 janvier un sondage était mis en ligne sur RecruteuretCandidats autour de cette question :

Pour satisfaire votre ambition professionnelle, êtes-vous mobile et prêt à déménager ?

Il est temps de faire le point sur ce sondage, d’en profiter pour en faire une analyse et pourquoi pas d'en débattre ? Vous avez été nombreux à participer à ce sondage et RecruteuretCandidats vous en remercie. En effet, 235 personnes ont répondu à cette question sur la mobilité géographique et l’ambition professionnelle dont le résultat est le suivant :

- Dans le monde (73 votes) soit 31% des votants
- En France (53 votes) soit 22% des votants
- Non mobile (48 votes) soit 20% des votants
- Dans votre région (41 votes) soit 17% des votants
- Sur le département (20 votes) soit 8% des votants

Bien souvent les recruteurs et les entreprises se plaignent du manque de mobilité de leurs collaborateurs ou bien encore des candidats. Néanmoins, l’image même du français attaché à sa région, à son cercle familial et amical prend depuis quelques années du « plomb dans l’aile » face à la réalité d’une population active, urbaine et de plus en plus mobile. De même que les principaux bassins d’emplois français donnent à cette population active des transports modernes et rapides tel que le TGV et dans l’avenir l’AGV qui lui permettent de réduire ces temps de distance entre son emploi et ses attaches régionales. Les moyens de télécommunications sont ausi devenus moins prohibitifs (appel sur fixe illimité), plus mobiles (3G+ et tépéhone cellulaire) et interactifs (webcam et msn) et donnent la possibilité à la population active française de rester plus proches avec ses attaches. Tous ces moyens permettent donc à la population active de s’ouvrir plus facilement à la mobilité. Néanmoins et sans compter sur tous ces nouveaux moyens, il s’agit bien aussi d’un changement de génération et de mentalité. Les français se sont ouverts aux voyages internationaux, aux échanges culturels (voir les succès de programmes tel que ERASMUS), aux déplacements et tout simplement à la mobilité géographique.

AGV.jpg

J’en suis pour ma part un exemple des plus frappants, à 35 ans originaire d’une petite ville de l’est de la France, j’ai dans un premier temps déménagé sur Nancy pour y faire mes études, pour partir sur Paris durant 5 années pour y trouver mes stages et premières aventures professionnelles, pour ensuite rejoindre de nouvelles opportunités sur Lyon pendant 4 ans et pour enfin bientôt m’installer dans l’ouest de la France suite à nouvelle opportunité professionnelle. Une mobilité géographique, qui m’a permis de découvrir de nouvelles régions, de m’y faire des connaissances et surtout des amis, mais aussi de répondre à mes ambitions professionnelles. Car à chaque mobilité s’ouvre pour moi une nouvelle aventure de vie mais aussi une nouvelle aventure professionnelle avec une évolution en responsabilité, en activité et en projet. Donc mobilité géographique et ambition professionnelle sont intimement liées et même si la mobilité n’est pas le levier principal de cette dernière, elle en est tout du moins un véritable accélérateur.

sondagedemerde.gif

Je vous présente dès aujourd’hui, le nouveau sondage du moment et vous remercie par avance de votre participation.

Pour vous, quelle est la capacité primordiale que doit avoir un manager ?

- S’imposer naturellement dans la relation

- Organiser et coordonner les activités

- Motiver

- Fixer des objectifs

- Prendre des décisions

- Contrôler le travail exécuté

Au plaisir de vous lire tous très prochainement.

lundi 14 janvier 2008

Des candidats exigeants et des entreprises impliquées dans le développement de leurs collaborateurs

Chers lecteurs,

Le mardi 30 octobre un nouveau sondage était publié sur RecruteuretCandidats autour de cette question :

Pour vous, quel est l'élément le plus déterminant dans une proposition d'embauche ?

Il est temps de faire le point sur ce sondage et d’en tirer quelques analyses, 189 lecteurs ont participé à ce sondage, merci à tous les participants pour leur contribution ! Le résultat est le suivant :

- Le projet (90 votes) soit 48% des votants
- L’évolution (46 votes) soit 24% des votants
- La rémunération (31 votes) soit 16% des votants
- L’entreprise (22 votes) soit 12% des votants

Peu surpris que le projet ressorte grand gagnant de ce sondage (une quasi majorité des votes 48% des votants). En effet, un « projet » est un ensemble qui regroupe plusieurs éléments : l’environnement, le contexte, la vision de la Direction Générale et sa stratégie, la richesse du poste ou encore son périmètre d’action… Il est agréable de constater que vous êtes exigeant dans vos choix, que vous choisissez de vous engager dans une nouvelle aventure professionnelle si celle-ci est porteuse d’ambition et recouvre un champ d’action large et étendu… C’est d’ailleurs là que la notion de marketing candidats prend toute son ampleur, l’entreprise ne peut plus se contenter d’offrir un salaire (16% des votants) ou s’appuyer sur sa notoriété (12% des votants) pour attirer des talents, c'est-à-dire de futurs collaborateurs compétents en phase notamment avec ses besoins et son marché. L’entreprise doit donc pouvoir se mettre à la hauteur des exigences des candidats et leur offrir un projet motivant et structurant en terme de carrière…

Cela n’est, me semble-t-il, que le juste retour des choses, ne demande-t-on pas aux candidats d’avoir un projet professionnel construit, des ambitions, une connaissance approfondie de leurs compétences et aptitudes ? Il est donc tout à fait normal d’avoir des candidats exigeants qui souhaitent inscrire leur carrière dans le projet d’une entreprise capable elle-même de répondre à ces questions : quelle est sa stratégie, ses ambitions, sa connaissance de son marché, sa culture managériale, ses forces et ses faiblesses ? Soyez d’ailleurs, vous « les candidats », audacieux dans vos questions et n’hésitez pas à retourner la fameuse question des qualités et défauts du recruteur à son attention ou tout du moins à l’encontre de l’entreprise, à l’exemple « quelles sont les forces et les faiblesses de votre entreprise ? » ou encore « comment définiriez-vous la culture managériale de votre entreprise ? »… Voilà des questions pertinentes ! Que je n’ai pourtant que très rarement…

sondage_question.jpg

Par ailleurs, l’évolution (24% des votants) semble être un élément déterminant dans une proposition d’embauche. Tout être humain a besoin d’évoluer et de progresser, d’aller plus loin, de découvrir, d’évoluer, de nourrir son envie de découverte et de nouveauté… Imaginez le premier homme face à l’immensité de l’océan, sa première réaction n’a-t-elle pas été de vouloir traverser cet océan pour aller voir ce qu’il y avait de l’autre côté ? Par analogie, l’entreprise doit donc offrir un projet mais aussi des possibilités d’avenir, un plan de carrière, des évolutions pour attirer les compétences et les ressources qui lui permettront de réaliser sa stratégie… Néanmoins, peu d’entreprises proposent des éléments tels que le projet et/ou l’évolution dans leur offre… A part de grands groupes et quelques PME qui semblent avoir une véritable politique de développement R.H., souvent les candidats se retrouvent alors devant des offres peu « sexy » et qui ne répondent souvent qu’à une seule chose: force de travail contre rémunération ! Combien de Chefs d’entreprises se plaignent de ne pas trouver des candidats compétents ou en rapport avec leur recherche ? Mais ont-ils seulement réfléchi à ce qu’ils offraient à ces candidats ? De même, il m’arrive souvent de me retrouver en face de candidats peu curieux, en attente face à l’entreprise avec de réelles difficultés à m’expliquer ce qu’ils peuvent apporter à l’entreprise….

Il me semble donc que l’incompréhension qui existe parfois entre l’entreprise et les candidats est souvent liée à un manque d’audace et de courage, une sorte de « ventre mou » ou chacun joue un rôle qui ne lui correspond pas… Comme si chacun, le candidat et l’entreprise, se mentaient mutuellement, l’un sur ses compétences, aptitudes et motivations et l’autre sur son offre, ses avantages et ses contraintes…

Dans l’attente de vos réactions et commentaires sur cette analyse, je vous laisse découvrir le nouveau sondage de RecruteuretCandidats « Pour satisfaire votre ambition professionnelle, êtes-vous mobile et prêt à déménager ? »

Au plaisir de vous lire très bientôt.

- page 2 de 3 -