Chère Aurore,

Vous m’interpellez par mail et vous me résumez votre jeune parcours professionnel :

« … A l’obtention du Master 2 Communication d’Entreprises, en été 2008 au tout début de la crise, j'aurais accepté un CDI -Chargée de communication/promotion- si j'en avais eu l'opportunité … »
« … Mais ce ne fut pas le cas. Au lieu d’attendre, j’ai opté pour l’acquisition d’un maximum d’expériences pour ajouter des cordes à mon arc. J’ai donc eu un CDD, puis un autre... J'ai été peu regardante sur les conditions, je n'ai pas hésité à déménager. Je visais surtout des missions intéressantes et à chaque fois différentes … »
« … Je savais qu'on m'engageait quelques mois seulement (remplacement congé), je connaissais les règles du jeu, mais "on ne sait jamais"... Cela pouvait aboutir à un CDI temps plein, chez l'employeur ou son réseau … »

Tout en faisant le bilan de votre situation :

« … Depuis 10 mois, soit la fin de mon dernier CDD, je me focalise uniquement sur la recherche de « THE EMPLOI EN CDI », pensant avoir cumulé assez d’expériences, et ne croyant plus à l'expression "on ne sait jamais". De plus, j'ai besoin de stabilité pour pouvoir me projeter … »
« … Pour cela, je fais du réseautage, des candidatures spontanées, et je ne réponds qu’aux offres donnant la possibilité d’un CDI, même si cela commence d'abord par un CDD/intérim, je réponds seulement à celles qui me permettent de me projeter dans l’avenir. Je ne suis fermée à aucun secteur, même si une spécialisation tourisme/ culture/ événementielle ressort dans mon CV … »

Puis, vous me questionnez :

« … Les employeurs doivent prendre peur à la vue de toutes mes expériences et des lieux où j’ai vécu. Ils se disent qu'aucun de mes employeurs n’a voulu me garder et que je suis instable ? ... »

Rassurez-vous ! Les employeurs ne prennent pas peur à la lecture de vos diverses expériences et ne vous classent pas dans la catégorie des instables. Après quatre années de crise et un chômage toujours en hausse, les employeurs sont au fait de la situation économique et des difficultés pour les jeunes à s’insérer sur le marché du travail. Votre CV est un grand classique chez les moins de 30 ans ! En effet, votre début de carrière ressemble à bien des CV avec 2 à 5 d’expériences professionnelles. L’atteinte du fameux de « THE EMPLOI EN CDI », le graal que tous jeunes français cherchent à atteindre, n’est obtenu pour 80% d’entre-eux qu’entre 25 et 30 ans. Vous êtes donc dans la « norme » ! Vous n’êtes ni un cas à part, ni une personne instable. Vous avez plutôt fait face à une réalité du marché de l’emploi en multipliant les expériences, les acquis et les compétences.

precarite.jpg
Pour faire gagner en clarté votre CV, je vous conseille de faire apparaître les raisons de vos CDD, notamment si ceux-ci se sont fait dans le cadre de remplacements. Cela vous permettra de rassurez certains employeurs, le remplacement menant rarement à un CDI ! Pour atténuer à la lecture de votre CV, cette sensation de « foison d’expériences ». Séparez vos stages de fin d’études de vos CDD en deux parties bien distingues. Vous passerez ainsi de 8 expériences à 5 CDD et 3 stages, effet garanti pour gagner en lisibilité auprès d’un Recruteur.

« … Je postule souvent à Lyon. Serait-ce plus judicieux de m’y m’installer avant et afin de trouver un emploi ? … »
« … La courte distance entre Dijon (où je me trouve) et Lyon est-elle réellement un frein pour un recruteur ?...»

Dans une période de crise et de forte intensité du chômage, le marché de l’emploi se tend… La guerre des talents devenant aussi une guerre entre les talents : la compétition entre candidats s’exacerbe et s’intensifie ! A dossier de candidature un peu près égal; le candidat qui sera sur le bassin d’emploi de l’entreprise sera préféré, c’est une dure réalité du marché de l’emploi ! Alors même que les entreprises prônent la mobilité et la flexibilité, la « schizophrénie entrepreunariale » atteint son paroxysme dans ces périodes d’incertitudes économiques. Il semble alors moins risqué de recruter à proximité de l’entreprise.
Le « frein » du Recruteur est donc bien une réalité à prendre en compte dans votre recherche emploi. Il est peut-être judicieux de vous rapprocher du bassin d’emploi lyonnais certainement plus prometteur en terme d’emploi que le bassin dijonnais !

« … Ai-je choisit la bonne solution à la sortie de mes études? A l’heure où mes camarades de promo cherchaient directement le CDI, quitte à attendre longtemps, moi j'ai voulu travailler au plus vite … »

C’était votre décision, le passé est le passé, rien ne sert d’y revenir ! Mesurez plutôt ce que cela vous a apporté en terme d’expériences, d’enrichissement personnel, de découvertes, d’ouvertures… Travailler et accumuler des compétences est à mon avis plus payant qu’attendre ! L’essentiel étant d’être cohérent dans ses choix et de toujours suivre son projet professionnel, ses envies et ambitions.

« … Ai-je choisit la bonne solution cette année : arrêter les CDD pour ne focaliser que sur les CDI ? … »

De même, revenir sur le passé ne vous apportera pas grand-chose ! L’essentiel étant de vous projeter sur l’avenir ! Néanmoins, vous n’avez pas pris la bonne décision. En effet, une des spécificités du marché du travail français se définit par un phénomène, celui des « insiders /outsiders ». Concept tout droit sorti d’un courant de pensée économique né dans les années 80 la « nouvelle économie keynésienne », qui a pour pilier principal la viscosité des prix et des salaires et non leur flexibilité; viscosité due pour l’essentielle à certaines imperfections comme le concept des « insiders /outsiders ». Ce dernier s’exprimant en France par une préférence aux « insiders », c'est-à-dire aux personnes déjà en emploi à contrario des « outsiders » ceux qui sont aux portes de l’emploi. Il est donc toujours plus facile de trouver une emploi lorsque l’on est en poste que lorsque l’on est sans activité. La décision d’embauche ou de sélection d’un candidat n’est pas que pragmatique, c'est-à-dire basée seulement sur le salaire, les contraintes, les compétences… C’est avant tout une décision humaine, très empreint de subjectivité et donc d’imperfection.

precarite1.jpg
L’une des parades possibles pour remplir « ce vide » de 10 mois sur votre CV, qui n’en est d’ailleurs pas un et de le « remplir ». Pourquoi ne pas le présenter sur votre CV comme une expérience à part entière ? Vous pourriez préciser le cadre de votre recherche, le nombre de réponses aux annonces, votre activité de « réseautage », le nombre d’entretiens…

« … Je doute maintenant de moi : c’est comme si j’étais bien utile temporairement et que quand il s’agit de m’embaucher vraiment, personne n’est intéressé…. »

Ressentir du doute après une période intense de recherche d’emploi, après ne pas avoir atteint l’objectif que vous vous étiez fixé. C'est-à-dire décrocher ce fameux CDI dont de nombreux jeunes et moins jeunes rêvent ! Cela me semble tout à fait normal, salutaire et prouve votre attachement à trouver un emploi en correspondance avec vos études et projets !
Par ailleurs, ne rejetez pas la responsabilité de cet échec sur vous et vous seule ! Il y a toujours dans ce genre de situation une partie à charge et à décharge… A votre charge, vous avez peut-être un peu trop préjugé de la situation du marché de l’emploi et de certaines imperfections de ce dernier en vous concentrant exclusivement sur la recherche d’un CDI ! A votre décharge la situation n’est pas à votre avantage, notamment dans les métiers de la communication et de l’événementiel, qui sont bien souvent les premiers budgets à être réduits en tant de crise.
Par ailleurs et pour « positiver » sur vous, pensez à toute cette diversité que vous ont permis vos nombreuses expériences qu’un CDI n’aurait pu vous apporter ! Toutes ces rencontres, ces différences, ces situations qui n’auraient jamais été votre au travers d’un seule expérience !

« …. Que pensez-vous de mon profil ? Quels conseils me donneriez-vous pour améliorer mes candidatures ? … »

Un profil ne s’évalue pas dans l’absolu, mais en rapport avec un poste ! Il est donc difficile pour moi de vous définir et de vous évaluer à la seule vue de votre CV, lettre de motivation et projets… Mais pour vous rassurez, votre profil n’est en rien « instable », votre accumulation de CDD n’est en rien un frein pour les recruteurs, mais plutôt une norme pour des jeunes en insertion sur le marché de l’emploi… D’ailleurs le temps de cette insertion s’allonge et le fameux CDI se décroche de plus en plus tard ! Pour vos prochaines candidatures, reprenez votre bâton de pèlerin et s’il le faut emménager à Lyon, cette ville est magnifique ! Engagez-vous dans de nouveaux CDD, faites-vous plaisir dans la diversité, ayez le CDI comme objectif et non pas comme une priorité et celui-ci viendra à vous !

Espérant avoir pu vous aider dans votre recherche et vous souhaitant de réussir dans vos projets !