Chers Lecteurs,

Alors que nombre d’adorateurs des Réseaux Sociaux et autres Guru du 2.0 revendiquent à corps et à cri la mort du CV. Il en est un qui mérite bien qu’on le pende haut et court ! C’est le fameux « CV par compétences ».
Depuis son apparition, il y a une bonne dizaine d’années, celui-ci n’a eu de cesse de se multiplier, de se propager et de proliférer… Devenu l’engeance de nos Outils de Gestion de Candidatures et le cauchemar numérique de nos boîtes mail ; maudit, exécré et vilipendé par une très large majorité de Recruteur. Il est temps d’enterrer la bête et de s’en défaire une fois pour toute. Unissons-nous dans un grand mouvement de révolte, des damnés de pôle emploi aux forçats des cabinets de recrutement, rassemblons-nous dans un vibrant : « …Sus au CV par compétences ! … ». Qu’il s’éteigne de sa plus belle mort, dans l’indifférence la plus totale et rejoigne, à l’instar des meubles en formica, le cimetière des veilles choses attachantes, mais tout « pourri-pourri » !

cuisine_20formica_20couleur_201_0.jpg
Mais avant d’en finir et de lui couper la tête ! Etudions de plus près ses principales caractéristiques. A sa création, il était destiné à une espèce bien particulière : les cadres très confirmés et spécialistes de leur métier. Population sur laquelle, il avait, il faut bien le reconnaître, une réelle plus-value et donc tout à fait sa place.
Par la suite, son usage se répandit à une toute autre population, les profils dits « expérimentés », c’est-à-dire et pour faire court : aux seniors ! C’est à l’aune de cet élargissement, qu’il s’est banalisé, a perdu de son intérêt et de sa superbe.
Alors qu’il était très certainement utile pour mettre en valeur savoir-faire, connaissances, compétences et autres savoir-être d’un expert métier. Qu’il pouvait très bien servir des Candidats au projet professionnel très abouti et précis. Tout en convenant, à ceux qui se sont absentés, plus ou moins longuement, du marché du travail. Il fut détourné de tout cela, pour devenir un outil très utile pour maquiller ou dissimuler un trou dans un parcours professionnel. De nombreux candidats l’utilisent pour occulter : période de chômage, échec de période d’essai, année sabbatique au Baloutchistan ou période de glandouille.

Pour une grande majorité de Recruteurs le « cv par compétences » est donc devenu un outil suspect dont l’utilisation est bien souvent associée à une reconversion ratée, une activité professionnelle très atypique, ou encore à un parcours chaotique. Son usage en devient contre-productif, même pour des Candidats illuminés part la sainte trinité de l’employabilité : spécialistes, confirmés et cadres.
Utiliser ce type de CV, c’est donc bien souvent prendre un risque ! Dans la grande majorité des cas, le Recruteur aime le classicisme, l’ordre et la précision. Il rejettera avec véhémence et certainement la bave aux lèvres le « CV par compétences » parce qu’il :
- empêche d’identifier clairement les réalisations effectuées sur les différents postes,
- donne le sentiment que les Candidats se décrètent telle ou telle compétence,
- inspire souvent un sentiment de « redites »… Eh oui ! De manière tout à fait extraordinaire, vous ne pouvez pas vous imaginer le nombre de Candidats « organisé, dynamique et persévérant » qui choisissent de faire un « CV par compétences »,
- ne répond pas à l’objectif d’un CV, qui se doit d’être factuel, précis et « résumant »,
- ne valorise pas les compétences en les liants aux expériences qui ont permis leur acquisition.

Projet-suspect-numero1-cadeau-de-depart.jpg
Pour conclure, le « cv par compétences » ne doit pas mourir parce qu’il est vicié dans son principe fondateur, mais parce que celui-ci a été dévoyé de ses objectifs premiers : permettre à des spécialistes confirmés d’exposer leur projet et savoir-faire. C’est son utilisation par le plus grand nombre qui le rend obsolète et suspect aux yeux du Recruteur. Argumentum ad populum !

Au plaisir d’échanger avec vous sur ce thème.