Cher Stanislas,

Diplômé à la rentrée 2014, d’un Master 2 Management des Ressources Humaines à l’université Lille I, vous m’interpellez par mail et m’exposez votre situation :

« … Je suis actuellement en stage chez Rémy Cointreau en développement RH. Ce métier me passionne, notamment en raison de la diversité des missions et de l'aspect stratégique de celui-ci. Mon mémoire de fin d'études porte d'ailleurs sur l'acculturation digitale de l'entreprise et du rôle stratégique des RH dans celle-ci … »

Tout en m’évoquant votre projet professionnel :

« … A travers le développement RH, j'ai également découvert le recrutement qui m'intéresse énormément. Aussi, je pense à explorer plus avant ce métier grâce à une expérience dans un cabinet de recrutement … »

Puis, vous m’interrogez :

« … Cependant, certains énoncent qu'une telle expérience en cabinet de recrutement, aussi jeune, rend le retour en entreprise très compliqué, à la fois en raison de la grande spécialisation et de la particularité du fonctionnement des cabinets. J'aurais donc aimé obtenir votre avis sur la question. Pensez-vous que ce type d'expérience pourrait trop m'enfermer ? Sur quel type de fonction en entreprise pourrais-je commencer ? … »

pc3b4le-emploi.jpg
A juste titre et comme de nombreux jeunes diplômés, vos interrogations sur votre projet professionnel sont nombreuses. A cela rien de bien dramatique, nous sommes tous passés par là ! Néanmoins, vous avez un avantage sur nombre de vos coreligionnaires de fin d’études, vous avez déjà défini votre projet professionnel : évoluer dans le développement RH et débuter votre carrière par le recrutement. Vous disposez donc d’un atout indéniable dans votre recherche d’emploi ! Il en reste pas moins que vous êtes inquiet et souhaitez choisir la bonne porte d’entrée : l’entreprise ou le monde du conseil.

Sous le prisme d’une activité de recrutement, entreprise et conseil sont deux environnements très proches l’un de l’autre. Car une même dynamique vous animera au quotidien, celle de donner le bon conseil au manager en situation de recrutement. C’est-à-dire l’amener à prendre la meilleure des décisions. Peu ou prou, vous développerez donc les mêmes compétences en entreprise ou en cabinet. A contrario de vos comportements au travail qui seront là, certainement, différents : plus orientés sur le partage et le collaboratif pour l’entreprise ; l’autonomie et la prise de décision pour le Conseil, ainsi que le développement de vos aptitudes commerciales.

Par ailleurs, et même si, le premier emploi forge certains de nos comportements au travail et marque plus ou moins fortement notre « identité professionnelle ». Celui-ci n’est plus, comme il l’a pu l’être, l’Alpha et l’Omega de toute une carrière. En effet, le monde du travail a très fortement évolué ces dernières années. Même en France ! Pays où l’on aime mettre les gens dans des cases ! Les frontières s’estompent peu à peu entre les différents secteurs d’activité. De même que les digues entre public et privé s’effritent. Le temps des carrières monolithiques est bel et bien révolu. Ainsi que les fameuses voies royales et les chemins de carrières entièrement balisés menant au saint des saints, au mythique et fameux Bâton de Maréchal !
Et même si, les « allers-retours professionnels », c’est-à-dire les changements de secteur, d’environnement, de métier ou même les réorientations professionnelles sont parfois compliquées et ardues. Elles le sont certes, mais beaucoup moins qu’avant !

917_001.jpg
Pour poursuivre notre réflexion et vous aider dans votre choix, je vous invite à prendre un peu de recul en imaginant l’entièreté de votre future carrière professionnelle. Pour cela, commençons par la fin ! Pour nous retrouver le 12 septembre 2060, le jour de votre pot de départ à la retraite ! Né en 1991, vous pourrez prétendre à un départ à la retraite en 2053, à l’aube de vos 62 ans ! Néanmoins et si vous souhaitez bénéficier d’une retraite à taux plein, vous devrez cotiser 43 ans. Ce qui nous mène à l’horizon 2058… Au mieux, c’est-à-dire sans interruption de cotisation et sans nouvelle réforme de nos systèmes de retraite. La date du 12 septembre 2060 me semble donc plutôt réaliste, et ce jour-là du haut de vos 69 ans ! Vous relativiserez certainement l’impact de votre premier emploi sur votre longue et belle carrière !

Tout au long de votre carrière, vous changerez certainement de nombreuses fois d’entreprises et naviguerez dans différents domaines d’activités, comme en 2043, quand vous créez votre entreprise de conseil en prescription de savoir-être ! Les « allers-retours professionnels » jalonneront votre parcours et se mêleront à des périodes d’inactivités, notamment en 2038, vous profiterez d’un PDVPAE (Plan de Départ Volontaire au Profit des Androïdes en Entreprises). Après avoir connu la gloire pendant 4 belles années, de 2034 à 2038, au sein d’ISMATA le leader Chino-indien d’implants cérébraux en tant que Virtual Community Talent Acquisition HR 5.0 bien installé dans votre Virtual co-working Space !

De même, tout au long de votre vie professionnelle vos compétences devront évoluer et vos capacités d’apprentissage seront mises à rude épreuve. En effet, sous l’impulsion du numérique et de la digitalisation, le monde du travail évolue de plus en plus rapidement. Les compétences demandées aujourd’hui, ne seront certainement plus d’aucune utilité, voire, peut-être même un handicap dans quelques années… Savoir se servir d’une plume Sergent Major ou d’un minitel, est-ce un handicap ou une compétence en 2014 ? La réponse semble quelque peu évidente, pour des technologies des années 60 ou des années 80… Mais l’accélération est en route dans le monde du travail, vous rendez vous compte que 80% des connaissances actuellement pertinentes dans l’exercice de la plupart des métiers seront sans utilité dans dix ans ? Alors, En 2026, quelle importance aura votre premier job sur votre carrière au sein du Ministère du Big data et de la digitalisation en tant que Chargé d’expansion numérique de la relation au travail ?

Cette réflexion autour de votre hypothétique parcours professionnel n’est certainement que fantasmagorique et quelque peu capillotracté, je vous l’accorde… Il en est néanmoins une date qui elle ne l’est pas : le 12 septembre 2060 ! Une date qui nous amène bien loin et qui me pousse à vous écrire de vous libérer des avis et des idées toutes faites ! Faites-vous avant tout plaisir, choisissez ce qui vous fait envie et vous motive ! Avoir fait des études supérieures, vous met en capacité d’apprendre et surtout d’apprendre vite ! Donc de passer d’un poste à un autre, d’une entreprise à l’autre et d’un environnement à l’autre.
Il est évident que chacune de nos expériences compte, donnant une direction, une orientation ou une impulsion à notre carrière. Que certaines sont plus déterminantes que d’autres ! Néanmoins, c’est votre envie et vos motivations qui feront votre parcours et non pas, en tout cas prioritairement les environnements dans lesquels vous aurez travaillé. N’oubliez que c’est vous seul qui agissez sur le monde et non le monde qui agit sur vous ! Bien que parfois…

Espérant vous avoir apporté mon éclairage, je vous souhaite de réussir dans votre projet professionnel et, surtout, n’oubliez pas de m’inviter le 12 septembre 2060 !